L'Hebdo de l'Ardèche du 21 septembre 2007

article de Nathalie FABRE

PORTRAIT - Myriam Gagnaire, comédienne
Artiste à la ville,
Ardéchoise à la campagne


Elle a la plastique de ces comédiennes
que l’on croit fragiles
mais qui ne sont en fait que
des volcans bouillonnants. Ce
n’est pas de la colère qui gronde
en elle mais bel et bien un gisement
de culture. Myriam Gagnaire
est tombée dedans quand elle
était toute petite. Originaire de
Saint-Jean-de-Muzols (près de
Tournon), elle avait, à l’âge où
d’autres s’amusent encore à la
marelle, la mise en scène dans la
peau. « C’était plus fort que moi, je
dévorais des pièces de Molière, de
Shakespeare et ensuite je branchais
mes copains, copines pour jouer
Roméo et Juliette ou Le malade
imaginaire ». En 6e, au collège de
Tournon, elle s’inscrit dans un
atelier théâtre vidéo puis au lycée
à Annonay, elle crée son propre
atelier théâtre. Sa vie est belle et
bien là. C’est donc tout naturellement
que ses parents l’inscrivent
au concours d’entrée au Conservatoire
d’art dramatique de Lyon.
Là, commence sa véritable vie
d’artiste…


De rôle en rôle


En 1989, la France fête un peu
partout le bicentenaire de la
Révolution française. À Lyon, de
nombreux spectacles se montent.
Myriam Gagnaire fait ses
premiers pas de comédienne
dans la ville des Lumières avec la
Cie de l’Impasse, compagnie
qu’elle crée avec d’autres artistes
de sa promotion du conservatoire.
Puis elle se dirige vers le
spectacle pour enfants « sans
doute parce que je n’avais rien à
dire aux adultes » et monte une
nouvelle compagnie « Le théâtre
des Asphodèles » avec laquelle
elle joue un spectacle de clown
pour sensibiliser les jeunes au
danger de la route. Le spectacle
plaît, une commande est faite
par la DDE (Direction départementale
de l’Equipement) pour
qu’elle continue à transmettre ce
message mais cette fois-ci à destination
des adolescents. Deux
comédiens la rejoignent, ils
jouent « On the road ». En 2000,
Myriam Gagnaire crée à nouveau
une Cie « Le chat qui louche »
avec laquelle elle se positionne
comme metteur en scène et écrit
« l’Aventure », « Shambaya »,
« les passagers de la terre » (écriture
collective) et « le Froussard »
(texte du Hongrois Pal Bekes,
auteur pour jeune public). Une
pièce qu’elle joue encore. Parallèlement
à ça, elle joue la comédie
dans différentes compagnies
et notamment pour « Les troubadours
du roi », du théâtre de rue
qui lui permet de voyager à travers
la France et de faire de nouvelles
rencontres.
.
 

La parenthèse France 3


Intermittente du spectacle
comme tout comédien qui se
respecte, la vie d’artiste est
ponctuée de nombreux contrats.
Il y en a un notamment qui l’a
conduite sur les plateaux de
France 3 Rhône-Alpes. Au départ
comme figurante sur des téléfilms
coproduits par la chaîne et
puis, petit à petit, pour co-présenter
des émissions.
Aujourd’hui elle fait partie de la
fine équipe de « Côté jardins »,
émission diffusée tous les samedis
à 14h50, où elle donne entre
autres des conseils de cuisine aux
côtés de deux jardiniers professionnels.
Sa passion de comédienne
chevillée au corps, elle est
aussi depuis quelques années,
« la sorcière Ephémère » de
Dominique Lefèbvre, spectacle
destiné toujours au jeune public
qui a été joué tout l’été au festival
d’Avignon et qui part prochainement
au Maroc et en Chine pour
toute une série de représentations.
On l’aura compris la vie de
Myriam Gagnaire est un tourbillon
de rendez-vous, et pourtant…


La vie à Arlebosc


En Ardéchoise coeur fidèle, dès
que son métier lui en laisse le
temps, elle part se ressourcer
auprès des siens, dans sa jolie
maison adossée à la colline, non
loin du village d’Arlebosc. Là,
entourée par la nature auprès de
son compagnon et de sa fille, elle
prend le temps de vivre. « Ici tout
redevient à une dimension
humaine, c’est un petit maquis
anti-civilisation. J’avais envie que
ma fille connaisse le même bonheur
que moi à vivre son enfance
à la campagne loin du stress et du
métro. Elle connaît les joies de
faire du vélo, elle a une vie douce
et confortable ». Sur ses terres,
elle envisage même d’adapter ce
qu’elle a vu pendant ses nombreux
tournages avec France 3
mais là… c’est son « jardin
secret ».

 


NATHALIE FABRE
 

retour vers " Actualités"

retour sur la page d'accueil du site